Bettina De Pauw

bouton_medias

Faire une psychothérapie et suivre une voix spirituelle se présentent le plus souvent comme deux voies distinctes, si ce n’est opposées.

 Qu’en est-il en réalité ?

Les deux approches s’intéressent au  mental.

La psychologie s’occupe d’étudier la psyché, comprise comme notre mental, notre conscience ordinaire.

Issue d’une tradition occidentale scientifique rationnelle, qui étudie le vivant dans des disciplines  séparées, et même  cloisonnées (médecine, psychologie, science, spiritualité…) elle ne peut transcender le contour de ses propres fondements.

Dans la spiritualité orientale  la connaissance du monde, de l’univers, de l’être humain et de la vie font partie d’une seule architecture, d’une grande cosmogonie. Cette spiritualité fait référence à un autre niveau de conscience, la conscience suprême, qui est située au-delà du mental, et qui est la  source de la paix et du bonheur durable.

C’est le mental, avec son langage incessant de peurs, de convictions, désirs et croyances, qui nous coupe de cette source

Dans cette perspective la psychologie moderne est un aide précieuse. Elle conscientise, éclaire notre bagage mental, pacifie nos conflits internes, et collabore ainsi à calmer notre mental.

Par l’objectivisation des contenus de son mental, l’observateur, le « je » pur, qui n’est pas lui-même affecté par ce « jeu »,  se dégage progressivement. 

Une vraie démarche spirituelle peut alors s’initier…

« …Mais chaque thérapeute sait bien que c’est parce que la personne a fait une alliance de bienveillance, d’empathie et qu’il y a eu tout à coup afflux d’amour là où il n’y en avait pas eu, que cette contraction, ce nœud, vont pouvoir se desserrer. L’enfant blessé en nous va alors pouvoir sentir qu’il n’y a rien de mauvais en lui, qu’il est originellement parfait, qu’il ne lui manque rien. À cet instant-là, la guérison psychologique est juste et s’explique spirituellement par l’alliance faite avec l’Amour. Les barreaux de la cage peuvent sauter. Les limites de la psychologie – sa fascination pour l’esprit et ses arcanes – vont faire cependant que, s’il n’y a pas cette compréhension spirituelle profonde, une nouvelle cage va se reconstruire, plus confortable certes mais aucunement libératrice. Les créations de la conscience sont sans fin. Si nous n’élevons pas notre champ de conscience au- dessus de notre monde des projections mentales, au-dessus de cette identification, tout sera comme avant, nous serons toujours en train de courir après un ailleurs meilleur, une situation idéale qui ne viendra, en fait, jamais….. »

 Extrait de l’article Psychologie et spiritualité » paru dans la revue Source 6, Terre du Ciel

 Lire l’article « Psychologie et Spiritualité » complet