Bettina De Pauw

 

Il y a un fil rouge entre la mort, l’amour et la vie.           bouton_medias

               

La mort nous enseigne l’amour : 

à la fin de la vie,  l’amour réclame sa place première. C’est comme si il nous fallait ce grand choc pour faire sauter les murs du coeur et libérer à la fois ce qu’il désir et contient : l’amour.

L’amour nous enseigne la mort :

Je le vois encore et encore lors de mes séminaires et conférences. Quand nous explorons les profondeurs de l’amour, à un certain moment le sujet de la mort est évoqué, comme si la lumière de l’amour déterrait notre peur la plus enfouie : la peur de la mort.  Une fois cette peur rencontrée, le cœur est allégé et la vibration de l’amour prend toute la place.

 Et la mort nous enseigne la Vie :

C’est près des personnes en fin de vie que j’ai eu l’image qui constituera le cœur de mon travail : pendant toute notre vie nous nous vivons comme si nous étions enfermés dans une cage, comme un hamster dans la sienne, faisant  tourner  la roue, pour « faire  aller » la vie, inconscients du fait que, tout au long de cette vie,  nous sommes portés… la Vie nous porte…

« Mourir » est un processus actif. C’est un processus de lâcher prise, d’abandon à plus grand que nous, à cette grâce qui nous a permis de naître et qui nous aidera également  à mourir.  Pour l’ego, la mort est un ennemi, qui vient de façon inattendue et qui, en l’espace d’un instant, nous arrache à la vie, anéantissant avec elle tout ce que celui-ci a construit pendant toute une vie.

Mais en réalité, face à la mort, le cœur humain est touché davantage et s’ouvre de façon intense : dans les failles de l’ego, la grâce  se révèle et englobe tout l’être. En fin de compte, la seule vibration qui reste est amour.

La mort, en quelque sorte, nous enseigne comment vivre. »

Lire l’article complet « Amour et compassion , Albatros»

Aujourd’hui je continue à former des bénévoles en soins Palliatifs à L’association Albatros à Lyon.